We did it Niue

1 Pacific island

Les Iles du Pacifique Sud, coincées entre la Polynésie Française et l’Australie, une myriade de micro- Etats sous contrôle avisé de la Nouvelle Zélande.

 

Météo tropicale ou subtropicale ?

Alertés à plusieurs reprises sur la difficulté du passage Polynésie / Nouvelle Zélande en raison des conditions météo que l’on est susceptible de rencontrer, nous avons passé un peu de temps à compiler des documents et observer les  bulletins météo. Voici les éléments qui nous ont conduits à tirer vers l’Ouest et ainsi consacrer le mois d’Octobre à visiter de façon impromptue de nouveaux Etats insulaires, réservant le deuxième tronçon (Tonga/Nouvelle Zélande) pour la première quinzaine de Novembre.

1 – La route Polynésie Française / Nouvelle Zélande est soumise à 2 contraintes :

  • Sortir de la zone des cyclones en minimisant le risque de rencontrer les premières tempêtes tropicales (à partir de Novembre) – la vraisemblance d’une année El Nino renforce cet impératif.
  • Arriver en Nouvelle Zélande en maximisant les chances d’éviter les plus fortes tempêtes hivernales (d’Ouest, celles qui déboulent des 50èmes rafraîchissants via la Tasmanie), soit au plus tôt milieu du printemps austral (Novembre itou).

2 – Dans ce cadre, une route directe (Tahiti/Auckland) est à proscrire et il est conseillé de tirer le plus à l’Ouest possible dès le début du passage. Ceci conduit à viser au minimum les Tonga (175°W), voire les Fidji (178°E). Une fois aux Tonga  il est recommandé de poursuivre encore vers l’Ouest (au moins 2° à l’Ouest de la longitude d’Auckland), avant de piquer plein Sud vers le Royaume des Kiwis (Opua).

La conséquence est un allongement significatif de la route :

  • Route directe Bora Bora – Opua : 2 160 nm, l’équivalent de 15 jours à 6 knts.
  • Route Bora Bora – Opua  par l’Ouest: 1 360 nm jusqu’au Tonga puis 1 210 nm jusqu’à Opua, soit au total 2 570 nm, l’équivalent de 10 + 8 = 18 jours à 6 knts.

Cette option permet d’isoler les 2 systèmes météo (tropical et subtropical) et d’essayer de retenir les meilleures fenêtres propres à chaque tronçon. Elle a également le mérite d’éviter la chaîne des Kermadec dangereuse et mal signalée.

2 Map OpenCPN

3 – Le départ de la Polynésie vers les Tonga est dicté par la latitude de la SPCZ (South Pacific Convergence Zone : un pot au noir local), sa fragmentation éventuelle et la virulence de ses fronts. On cherche à éviter de traverser des grains violents et des pluies diluviennes et de naviguer inutilement au près dans une forte houle. A suivre particulièrement, l’interaction d’un éventuel front froid remontant d’Australie avec une branche de la SPCZ, les deux se combinant alors pour le pire.

4 –   On cherche également sur ce tronçon à profiter éventuellement des alizés encore présents,  garants d’un passage plus rapide et confortable.  C’est une raison supplémentaire pour ne pas s’attarder trop longtemps sur la Polynésie.

5 – Une fois aux Tonga, il est temps d’observer les systèmes plus au Sud. La fréquence des coups de vent d’Ouest, un environ tous les 6 jours, fait qu’on en rencontrera forcément un (voire deux si l’on traîne) avant d’arriver. Il est alors utile d’essayer d’estimer à quelle latitude le front sera traversé et quelle force il aura. Il sera atténué au-dessus des 30°S et plus virulent en dessous.

6 – Les éléments à prendre en compte concernent la position des zones de hautes et basses pressions et la présence de fronts ou thalwegs associés. En moyenne, une zone de hautes pressions à la longitude de la Tasmanie atteindra le Nord de la Nouvelle Zélande en 4 jours, une zone de basses pressions (dépression)  en 2,5 jours.

7 –  On fixe le départ en ciblant une arrivée à Opua décorrélée de l’arrivée d’un front. Il est préférable d’anticiper rencontrer le front accompagné de la rotation des vents aux alentours des 30°S où sa virulence sera moindre. Il ne reste alors plus que 300 MN, soit 2 à 3 jours avec du vent de Nord ce qui permet d’atterrir avant l’arrivée du front suivant identifiable sur les fichiers gribs qui deviennent précis.

 

3 FidjiFidjiTongaTonga

Pour tous ceux qui ont appris où étaient les Tonga dans la Bible, atteindre l’archipel c’est comme chausser ses tongs : easy.

Pour les autres, pauvres navigateurs, c’est en fin de compte plus difficile de parvenir au Royaume des Tonga qu’au Royaume des Cieux, de plus ce dernier n’est pas mouillé de partout (on espère tout au moins pour les heureux élus et puis de toute façon, c’est certainement de l’eau bénite). Pour nous, pauvres mécréants, cette traversée Polynésie / Tonga s’est révélée pleine de surprises permettant d’expérimenter des situations de navigation très variées dont la sagacité de l’équipage a permis de tirer parti. Seule constance: la météo dans le coin en intersaison est loin d’être stable, hormis la longue et forte houle de Sud.

Au total, nous mettons 16 jours mais avec de jolies haltes dans des endroits dont nous n’avions jamais entendu parler…

– Bora Bora / Palmerston : vent arrière, génois tangonné, beaux surfs puis pétole grave = 24h de moteur et un stop d’opportunité de 2 nuits à Palmerson (Cooks), en attendant le vent.

– Palmerston / (Beveridge reef) Niue (prononcer niou-hé ) : un grain fort nous a conduit à nous détourner de notre objectif initial (le récif désert au milieu de nulle part de Beveridge reef) et à atterrir à Niue pour laisser passer une nouvelle période de pétole de 4 jours.

– Niue / Vava’u (Tonga) : brafougne inattendue : 30-35 kts de Sud oscillant Sud-Ouest/Sud-Est, soit vent de travers, Grand-Voile 2 ris / Trinquette, à fond dans la houle de Sud sur laquelle la mer du vent levait de jolies vagues croisées. Une baignoire de flotte salée toutes les 10 minutes dans le cockpit (pong, splaaasssshh), genre chats mouillés, harnachés, malheureux pendant toute la nuit. Avec le passage de quelques grains, la pluie s’est mise de la partie, option eau douce ou salée… le luxe. Toutes les bonnes choses ayant une fin, amélioration en arrivant à Vava’u, le vent ayant viré à l’Est.

Le détail de l’histoire dans le photo reportage:

 

Tout commença par un take-away Polynésien (17° S 15 – 156° W 25 )

 4 PoGa Total Respect

Un Mahi-mahi ou daurade coryphène.

Nous bataillâtes (c’est bien plus joli que bataillâmes) une heure et demi pour la remonter génois enroulé, un ris dans la grand-voile, on faisait quand même du 5 nœuds, trop, ça tirait trop.

On a fini par mettre le moteur… en marche arrière, tombé la vitesse à 3.5 nœuds, ça allait mieux;

le « Yo! » ne comprenait pas ce qui lui arrivait, arrière toute avec le vent et la mer qui poussaient.

La bête ferrée au fusil à harpon se débattait lorsque nous la hissâmes une première fois, s’est remise à l’eau d’un coup de rein magnifique, la ligne n’a pas cassé, rebelote, re-harponnée, idem elle ressaute, et dix de der, la bête est projetée dans le cockpit, du sang absolument partout, le carnage.

Un coup de rhum dans les ouïes, ça a calmé le jeu. Zétions épuisés.

 Au menu pendant une semaine : œufs façon poutargue, SauciThon (copyright l’amiral), cru à la Tahitienne (coco), cru à l’Asiate, carpaccio, petits poivrons farcis et sautés, mariné lentilles corail tout juste cuites, gingembre, cebette, soupe.

 

 

Palmerston – Archipel des Cooks (18° S 02 – 163° W 10)

5 Palmerston anch

Le mouillage de Palmerston – Cooks Islands.

Le mouillage, un bien grand mot est situé à l’extérieur de l’atoll. Un petite passe, tellement étroite que seules les barques locales peuvent pénétrer dans le lagon, donne accès au village. 5/6 bouées ont été crochées sur le récif par 15 mètres de fond, au bord de la corniche de la plateforme continentale qui passe brutalement de 1000 m à 12 m. Lorsque le vent tourne, à marée basse, la vague de ressac prend naissance sous la jupe arrière de « Yo ! » et brise sur la barrière de corail 50 mètres plus loin. Le genre de mouillage original qui interroge.

 Nous avons été  pris en charge par Simon qui est venu vérifier notre amarrage. Selon ses conseils en plus de nos 2 haussières sur la bouée, nous avons mis l’ancre… suspendue à 2 mètres au-dessus du fond: au cas où les amarres cassent, on espère que l’ancre s’accrochant au récif réveillera l’équipage (qui dort du sommeil du juste) lui permettant de sauver la mise… on doute mais vu qu’il n’y a pas de vent.

 

Palmerston : une douzaine de motus autour d’un lagon, altitude maximale 15 mètres, 60 habitants, 21 enfants, 6 profs (y compris une anglaise dont le père avait fait naufrage en 1954 sur l’atoll, avait gardé contact avec son meilleur ami,  et qui a souhaité voir par elle-même ce qu’il en était); une  infirmière des Fiji, un abri anti-cyclonique, la possibilité de se connecter sur internet si besoin , 50 bateaux de passage par an, unique produit d’exportation, le filet de perroquet (le poisson mangeur de corail pas le répétiteur de chaire).

La population toute entière de l’atoll descend d’un seul Anglais William Mastres, débarqué en 1863 avec 3 femmes polynésiennes. Charpentier de marine de son état, il organisa de manière intelligente la gestion de sa descendance, minimisant les mariages consanguins autant que possibles, favorisant la quête de sang neuf dans les îles voisines (et en NZ), bref, il semble que l’expérience ne soit pas trop catastrophique.

Les Anglo-Saxons adorent relâcher ici car Williams avait un accent de Gloucester et a transmis la pratique de l’Anglais à sa descendance qui s’y tient.

 

Niue (19° S 02 – 169° W 56)

 6 Grue 3

Zone de débarquement du port d’Alofi – Niué.

Là encore, le mouillage consiste en une vingtaine de bouées posées par 30 mètres de fond. Elles sont retirées pendant la saison des cyclones.

Le débarquement est réputé sportif : il peut être impossible (forte houle d’Ouest), challenging (par temps normal) ou intéressant (le reste du temps). On est sensé s’approcher du quai avec l’annexe puis utiliser une grue pour la sortir de l’eau, la poser sur une remorque et la déposer plus loin pour ne pas gêner.

 Eléments à prendre en compte pour débarquer :  un quai en béton de 30 mètres de long, le platier sur lequel brise le ressac, une minuscule encoche présentant quelques marches glissantes, une houle de 50 à 80 cm, un cargo sur ancre retenu au quai par des haussières de 50 mètres, une barge elle-même poussée par un remorqueur procédant au débarquement de containers et de réservoirs de kérosène, la pluie, une grue pour les containers,  une grue pour les annexes, quelques bateaux de pêche…     

Dans cet environnement, dans lequel le seul élément fixe est la télécommande de la grue, il s’agit de récupérer le crochet de la grue, de le fixer sur un bout 3 points apposé sur l’annexe, de débarquer, de hisser l’annexe, de la poser sur le quai et de la dégager pour les suivants.

Tout ça sous le regard hilare des ouvriers (prêts à aider) œuvrant au déchargement du cargo, du représentant des douanes, de l’immigration et de la quarantaine.

The fun never stops !

 

 

7 Tsunami evac route

Centre-ville d’Alofi, capitale de l’Etat de  Niue.

La ville est régulièrement visitée par des cyclones. En 2004, suite à Heta une partie de la ville a été détruite par des vagues de 50 mètres de haut. A quelques miles de la fosse des Tonga (-10 000m), l’activité volcanique est permanente, accroissant le risque de Tsunami.

 

  

8 Government house

 Maison du Parlement à Alofi – Niue

Niue est le plus petit Etat indépendant du monde (1 600 habitants). Il est toutefois en libre association avec la Nouvelle Zélande à laquelle il sous-traite les affaires étrangères et la défense. Les habitants sont sujets Britanniques et citoyens de Nouvelle Zélande. Il y a  plus de résidents là-bas que dans l’ile mère.

 

 

9 Bond liquor store

Magasin Duty free – Alofi Niué

La vente de produits « DutyFree » aux quelques touristes venus faire de la pêche au gros constitue une des principales sources de revenus. La seule monnaie acceptée est le $ NZD. Ce magasin fait également des avances sur cartes de crédit.

 

 

10 Niue Airlines

Tag Alofi – Niue  … et Flash Gordon.

 

 

11 Fisherman

Embarcations sur le mouillage de Niue.

 

 

12 NYC

Le « Rocher » du Pacifique est le plus grand atoll surélevé du monde. Il est également très fier de son Yacht Club qui affiche le plus grand nombre de membres.

Le captain est devenu le membre n° 91 171. 

 

 

Le Royaume de Tonga (18° S 40 – 174° W 00)

 Le Royaume des Tonga s’étale sur 250 miles nautiques. Constitué de 3 groupes d’iles principaux : Vava’u au nord, Ha’apai au centre et Tongatapu au sud sur lequel se trouve la capitale du royaume Nuku’alofa (on citera pour mémoire uniquement l’île de Niuautoputapu connue sous le petit nom de « New Potatoe » dans le milieu nautique), il compte une grosse centaine de milliers d’habitants, majoritairement Polynésiens qui ont développé leur propre culture. Seul groupe d’île de la région à n’avoir jamais été colonisé, c’est également le seul à n’avoir pas de « grand frère » bienveillant pour combler les déficits sporadiques. Exposé à deux cyclones par an en moyenne, le Royaume est fortement dépendant de l’aide extérieure qui se tarit en période de crise.

 

13 Vava'u Map

Nous avons choisi d’explorer l’archipel du Nord constitué de 61 îles réparties autour du seul trou à cyclone de l’Ouest du Pacifique Sud : Port Refuge où se situe Neiafu la ville principale. Cette dernière est restée un secret longtemps bien gardé : le captain Cook lui-même ayant atterri sur Ha’apai a été convaincu par les indigènes qu’il ne trouverait pas de mouillage abrité plus au Nord….

Et bien, pour un archipel, c’est un archipel et un magnifique bassin de croisière. Aux confins du Pacifique, aux marches de l’Asie, le Royaume des Tonga, pour le peu que nous en ayons vu, nous a conquis.

 

 

14 Mariner's cave 2

Mariner’s cave – Vava’u

 

 

15 Yo! Hurricane hole

« Yo ! » sur coffre dans le trou à cyclone. Les bouées sont conçues  pour résister aux vents les plus violents. Les récits de ceux qui étaient là lors du passage de Ian le 11 janvier 2014 ne donnent pas envie de s’attarder… 

 

 

16 Port Maurelle

Le mouillage de Port Maurelle. Les arbres sont peuplés par des ‘roussettes des Tonga’, seuls mammifères endémiques de l’île qui s’envolent à la tombée de la nuit.

 

17 Poly boat 1

Bateau traditionnel Polynésien construit à Hawaï. On n’est pas loin de la Balade de la Mer Salée.

 

 

 18 Out of school 3

 

19 Out of school 1

 

20 Cout of school 4

Sortie d’école – Neiafu.

Le taux d’alphabétisation atteint 99%. L’anglais est enseigné dans toutes les écoles.

Les uniformes indiquent l’école d’appartenance : blanc et rouge = école primaire, marron = collège, bleu = Eglise protestante Wesleyan qui comprend le plus grand nombre d’adhérents, orange = école de l’Eglise de Tonga, vert = Eglise Mormon.   

 

 

21 tradition

Le costume traditionnel est largement porté. Les hommes et les femmes portent autour de la taille une natte décorative en fibre de pandanus tressé (selon la légende, un groupe de marins serait arrivé en bateau à Tu’i Tong ;  leurs vêtements déchirés par la tempête, ils taillèrent alors la voile de leur bateau, faite de pandanus tressé, pour s’en draper. L’empereur, ému de leur sacrifice pour lui apparaître présentables, décréta que cela constituerait désormais le vêtement de cérémonie). Tous portent également une jupe ressemblant à un sarong. Le port de la chemise est exigé dans tous les lieux officiels.

  

22 Neiafu marketRacines sur le marché de Neiafu. Taro, patates douces et yams constituent l’essentiel des légumes traditionnels. Beaucoup de produits sont importés de Nouvelle Zélande, bouleversant les habitudes alimentaires et cause d’obésité très répandue.

 

23 politics

Le gouvernement du royaume de Tonga vient de décréter l’état d’urgence en prévision des élections du 17 novembre prochain.

Les membres éminents de la Dynastie Tupou comprennent le fondateur qui a unifié le pays et l’a converti au Christianisme, la reine Salote (Charlotte !) qui a assisté au couronnement de la Reine Elisabeth II et le roi Tupou IV connu comme le roi le plus gros du monde : 210 kg. Deux mois après sa mort, en 2006, des émeutes violentes ont éclatés à Nuku’alofa. Les armées d’Australie et de de Nouvelle Zélande sont intervenues.  

Le roi Tupou V a promis lors de son couronnement en 2008 de céder aux aspirations démocratiques de ses sujets. Des élections ont été organisées pour la première fois en 2010 pour élire 17 des membres du parlement sur 26. Les 9 autres étant réservés aux nobles (33 familles).  Il est décédé en 2012. Son frère le roi Tupou VI lui a succédé.

 

Avec nos meilleures pensées, Santé et Sobriété,

Stéphanie / Christophe

Neiafu – Vava’u – Royaume de Tonga.

30 octobre 2014

www.yodyssey.com

Advertisements

7 thoughts on “We did it Niue

  1. Quel plaisir de vous lire ce matin!
    Bien loin de toutes ces péripéties je goûte cette histoire palpitante avec joie
    Merci
    Salut et bon vent aux aventuriers
    Laurence

  2. Hi Kris, Ca vaut une réponse immédiate ! Pas encore tout lu, mais … OH LA CORYPHENE !! trop belle !
    (Le Captain n’a pas rapetissé mais il est tout rouge)
    Je reviens de suite.
    jacq

  3. les compilations météo sont bien instructives et le champ des découvertes quasiment illimité. Alors bravo d’oser aller là où les autres ne vont pas !

  4. Passionnant, amusant et cocasse, ton petit reporting, as usual. Merci les copains.

    Pour la daurade : et des filets mis à sécher ds les haubans ?

    Le Pacifique … ouais, pas cifique que ça, et j’ai bien compris l’épisode Niue -Vava’u, beuhhh…
    Et la description du port d’Alofi, comme sur tellement d’îles au monde, débarquer rembarquer est une affaire qui peut se résumer à : ne pas se coincer les doigts ou les pieds.

    A propos, je recommande à toute le monde l'”Atlas des Iles abandonnées”, chez Arthaud, (Toutes ref sur internet), de Judith Schalansky : de Clipperton à Tromelin, de La Désolation à Campbell. 50 îles, 50 histoires très étonnantes.
    On y parle de Puka Puka, dans les Cooks.

    Bises à tous, et surtout à la Reine ( la Saaaaaaa… lote )

    jacq

  5. Passionnant! Nous suivons plus facilement le photo-reportage que les explications techniques…
    Mais quel plaisir de te lire! Nous pensons souvent à vous!
    Christian et Janine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s