Japan – Kyushu Gotô Reto & Huis Ten Bosch: Shoshu in Kyushu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Shōchū est une boisson typiquement japonaise originaire de l’île de Kyushu qui reste le lieu de production principal. A ne pas confondre avec le saké, cet alcool produit majoritairement par distillation de la patate douce dépasse rarement les 25°, soit moins que le whisky ou le rhum mais plus que le saké ou le vin. La manière la plus commune de le boire est dilué avec des glaçons et de l’eau. Depuis les années 2000, il connait un véritable boom de consommation et il est courant de voir dans les bars, les bouteilles numérotées ou nommées des habitués. On lui prête des vertus médicinales comme la prévention des thromboses ou des arrêts cardiaques. Il causerait également moins facilement la gueule de bois (l’équipage doute). La patate douce a été importée dans l’archipel de Ryūkyū au 16ème siècle d’Amérique du Sud par les Philippines puis, 100 ans après, cultivée dans la région de Kagoshima.

 

Détroit d'Ojika

Détroit d’Ojika

Il existe 6 852 îles officiellement recensées au Japon. Parmi celles-ci, l’archipel de Gotô, à l’extrême ouest du Japon constitue un ensemble particulier. Premier point de contact des marchands ou des missionnaires venant de Corée ou de Chine il fait désormais partie des îles éloignées et peu à peu oubliées.

 

3 Goto Reto

Persécutées par les Shoguns, les communautés de Kakure Kristians, chrétiens cachés ont trouvé refuge sur ces îles mêlant pratiques shinto et chrétiennes pour mieux passer inaperçues. On y trouve également des églises gigantesques.  Par tradition la source de richesse principale était la chasse à la baleine. Les flux migratoires se sont déplacés vers l’Arctique toujours suivis par les flottilles de pêche qui continuent à alimenter les supermarchés de Kyushu.

 

Huis Ten Bosch

Huis Ten Bosch

Les dédales d’îles cachent parfois des surprises originales, telle la ville d’Huis Ten Bosch entièrement artificielle, construite sur le modèle d’une petite Amsterdam avec des matériaux importés des Pays Bas. Parc d’attraction pour Japonais en mal d’Europe, elle tente de survivre à sa première faillite.

 

En complément pour les curieux deux albums photo plus détaillés :

Huis Ten Bosch : https://goo.gl/photos/hpXPYSYDZ7zDrAvc6

Gotô Reto : https://goo.gl/photos/WZiC4x7Y2VaE5PiH7

Et enfin, un publi-reportage Hong-Kongais: Yo! Team HK report

De wa mata,

Stephanie / Christophe

Yamato – Seto Naikaï

4 août 2016

 

Advertisements

Longues routes pacifiques 2013-2015

Ayo ! quelle aventure, la mer de Corail, le détroit de Torres, la mer d’Arafura, ce n’est pas tout à fait l’Asie mais ce n’est plus l’Ouest du Pacifique Sud…

« Yo ! » est mouillé dans l’archipel des Moluques, les îles aux Epices et cœur de la Mélanésie, todo bene. Tout est raconté dans le dernier chapitre du recueil joint bien plus nautique qu’ethnologique.

Voilà deux ans que le projet Yodyssey a été porté sur les flots ; en matière de cadeau d’anniversaire, ce recueil, à télécharger, imprimer ou non et déguster, par petites touches, comme une toile de Salvador.

cliquer ici ==>     Longues routes pacifiques 2013-2015

Il s’adresse aux marins initiés, à ceux que le lent balancement de la houle berce des jours durant, à ceux que la mer forte et, bien sûr, croisée, emporte en fuite vers des ailleurs que l’on rêve ou redoute, à ceux qui estiment n’être jamais à plus de 5 miles de la côte (en vertical s’entend au plus profond des grandes fosses océaniques), à ceux qui connurent ou imaginent le lent dérèglement des sens causés par l’accumulation de roulis, de tangage, de fatigue, de privations, à ceux que n’effraient pas ces moments fugaces où la raison vacille, où les mots prennent vie pour nourrir les idées, où l’on commence à douter de sa propre santé mentale.

Il s’adresse également à tous les autres, terriens curieux, qui se demandent ce que cela représente d’être vingt jours durant sur une coque de noix, voguant au grès des vents sur l’immensité de l’océan.

A tous, il offre un accès particulier, brut, à la vie du bord, à certains enjeux, à certaine folies, de par la compilation de points journaliers rédigés au fil de l’eau et envoyés à la famille proche via liaison satellitaire – le style s’en ressent parfois.

Très peu retravaillés afin de restituer la spontanéité des écrits, les points journaliers sont regroupés selon des  « Longues routes », une à trois semaines non-stop. Elles se succèdent tout au long de la campagne « Go West » du projet Yodyssey consacrée au Pacifique, de Panama au Détroit de Torres et sont probablement les dernières avant longtemps, l’exploration subséquente de la Méditerranée Asiatique (Mer de Chine) n’impliquant pas de navigation supérieure à quelques jours.

Les paramètres clefs relatifs à chaque route sont rappelés brièvement permettant d’en mesurer les enjeux, puis s’enchaînent au fil des jours les rapports à l’Amirauté. Il ne s’agit en aucune manière d’un guide de navigation, encore moins d’un récit d’aventures, mais peut-être simplement d’évoquer les embruns et de donner à tout un chacun l’opportunité de faire un bout de route en notre compagnie.

Tous les chapitres sont indépendants, certains ont notre préférence de par la densité de jeux de mots douteux, d’autres de par les souvenirs associés aux conditions de navigation ou aux moments précieux partagés en de très belles occasions.

Stéphanie/Christophe

Mer d’Arafura – Indonésie

10 Août 2015