Laisse béton

Au milieu des rives bétonnées de la Seto Naikai (la mer Intérieure), trois îles ont été choisies par la Fondation Benesse pour devenir un sanctuaire dédié à l’art contemporain : Naoshima – l’île mère -, Teshima et Inujima.

 

 Empreinte distinctive de Tadao Ando, le « stararchitecte » de Naoshima.

Empreinte distinctive de Tadao Ando, le « stararchitecte » de Naoshima.

 

 

Plus que la citrouille à pois de Yayoi Kusama -égérie japonaise de Andy Warhol et plus grande artiste vivante du Japon- désignée comme mascotte de Naoshima, ce sont les constructions de Tadao Ando qui figent les partis pris artistiques de l’île. Intensément marqué par Le Corbusier (lequel avait bétonné le Musée d’Art Occidental de Tokyo dès 1959), l’architecte est célébré pour ses travaux en béton nu verni, l’utilisation de formes géométriques simples et l’immersion des œuvres dans la nature.

 

« Chichu » signifie dans le sol. Tout comme en Ethiopie où les églises sont creusées dans la roche, le « Chichu Art Museum », au sud de Naoshima, gomme la structure architecturale. La loi du secret, l’exclusivité ont été ici reprises pour solenniser le saint du saint de l’art contemporain dicté par un collectionneur. La mise en scène retenue permet de combler les « arterati » venus du monde entier en pèlerinage. Habillées et chaussées de blanc, les hôtesses sont transformées en vestales. Jeunes et transparentes, elles évoluent au milieu des visiteurs en murmurant les rappels de consignes : interdit de parler ou de rire trop fort, de claquer des talons, de filmer, de photographier, de toucher aux œuvres, de les reproduire, d’utiliser un stylo à encre, de fumer, de boire, de manger, d’utiliser des téléphones portables…   interdit d’interdire ?

 

Le « Teshima Art Museum », fruit de la collaboration entre l’architecte Ryue Nishizawa et l’artiste Rei Naito sur l’île voisine, constitue une remarquable œuvre d’art-fusion intérieur/extérieur, d’inversion contenant/contenu. La structure en forme de goutte posée au bord des rizières est ouverte aux éléments. Le sol est irrigué par un mécanisme de fontaines qui créé un réseau de fines pellicules d’eau qui se font et se défont et auquel s’adjoint la pluie ou la rosée. C’est une magnifique invitation au concept d’impermanence.

 

Goutte d’eau sur le sol du Teshima Art Museum

Goutte d’eau sur le sol du Teshima Art Museum

 

C’est par la ténacité de deux entrepreneurs père et fils que ces îles apparaissent aujourd’hui sauvées de l’acharnement industriel et de la désertification de la Seto Naikai. En 1971, le fondateur de Fukutake Publishing, société spécialisée dans l’éducation à distance débute une collection d’art en utilisant une partie des bénéfices de la compagnie.

 

Son fils Soichiro Fukutake change en 1986 le nom de la compagnie en « Benesse Corporation » des mots latins : « vivre bien » et poursuit son développement. Elle est devenue durant la décennie « perdue » une des plus grosses sociétés mondiales spécialisées dans l’éducation avant de se diversifier vers les maisons d’accueil pour seniors (CA : 4 milliards € en 2015 – 20 000 salariés). A la place du centre d’activités culturelles créé par son père sur l’île de Naoshima, Soichiro ouvre progressivement l’hôtel (1992 – 400 à 1000$/nuit) qui abrite la collection familiale d’art contemporain puis collabore avec Tadao Ando pour l’ouverture du Chichu Art Museum (2004) et du musée Lee Ufan (2010). Les déploiements sur Teshima et Inujima datent de 2008 et 2010.

 

Le « Benesse Art site » devient un outil de communication pour la compagnie qui exerce un contrôle très jaloux de son/ses images et préserve l’exclusivité par les tarifs pratiqués et les événements VIP. Cette démonstration éclatante que l’art est réservé aux élites s’inscrit dans la continuité de l’objet social de l’entreprise : un élève japonais ne peut espérer entrer à l’université s’il ne suit pas des cours privés (3 à 4 h par jour) en sus du système scolaire  classique (8 h par jour). C’est la base de la réussite de Benesse Corporation.

 

 

Obsession pointilliste de Yayoi Kusama

Obsession pointilliste de Yayoi Kusama

 

Outre les avantages fiscaux du mécénat d’entreprise et l’arrogance d’un collectionneur qui veut s’assurer l’éternité -pour au moins 1000 ans- par la sélection d’œuvres intemporelles et immatérielles, l’objectif du « Benesse Art site » est de revitaliser les zones touchées par la dépopulation. Le « Art House Project », en faisant revivre des maisons abandonnées par l’installation d’œuvres d’art inspirées du vernaculaire, a pour objectif de s’inscrire dans une démarche d’Art total. Arpentant le village de Honmura, les visiteurs sont invités à s’imprégner du mode de vie « ancestral » et à interagir avec les habitants. Dans les faits, ces derniers montrent une complète indifférence et laissent développer une « foutraque rébellion » par négligence ou par goût ; de plus, peu d’œuvres s’inspirent de l’histoire locale ou environnementale. Plus récente, mieux pensée, moins imposée, l’intégration semble mieux réussie sur l’île de Teshima (Needle factory) ou Inujima (Sereinsho).

 

Enfin, la création du « Benesse Art site » et son extension apparaît comme un exercice de Responsabilité Sociale i.e. le dédommagement offert par un entrepreneur local richissime à la population de sa préfecture. Le deal obtenu auprès du maire de Naoshima pour installer le site permit à ce dernier de compenser l’image d’une île non respectueuse de l’environnement. Environ 600 000 tonnes de déchets toxiques ont été déversés illégalement entre 1978 et 1990 sur l’île de Teshima avec la complaisance de la préfecture de Kagawa et des autorités locales. Après 25 ans de procès intentés par les résidents,  un accord a été trouvé : les boues toxiques chargées sur des barges sont envoyées à Naoshima pour retraitement dans la fonderie/raffinerie de Mitsubishi, puis incorporées dans du béton. Encore.

 

 

La forêt des murmures – Christian Boltanski - Teshima Au fin fond de la forêt, une plaque transparente qui porte le nom d’une personne décédée est accrochée sous chaque grelot. Dans une pure tradition bouddhiste, le vent rend ainsi hommage à l’âme du défunt.

La forêt des murmures – Christian Boltanski – Teshima
Au fin fond de la forêt, une plaque transparente qui porte le nom d’une personne décédée est accrochée sous chaque grelot. Dans une pure tradition bouddhiste, le vent rend ainsi hommage à l’âme du défunt.

 

 

Par la singularité des réponses apportées, les îles musées démontrent une nouvelle fois le particularisme de la mentalité îlienne dont le Japon constitue une bien originale occurrence, au point d’avoir gagné un droit de cité évolutionniste. Le terme « syndrome de Galápagos » fait référence à l’évolution sans influences extérieures ou échanges (constatée par Darwin), d’espèces endémiques qui se spécialisent au détriment de toute capacité adaptative. Initialement adoptée dans un contexte économique – parfaite adaptation au marché local protégé par de nombreuses barrières non-tarifaires, de produits aux standards technologiques élevés ( impropres à l’export ou à l’utilisation par des non-japonais : téléphones mobiles, voitures, monétique) mais inadéquation dans un contexte mondialisé où l’innovation (et non plus la capacité à copier/produire mieux et moins cher) est reine  – le « syndrome de Galápagos »  peut aisément être généralisée à la société toute entière, y compris ses valeurs fondatrices : chape de plomb gouvernementale, sacrifice de groupes non-productifs, négationnisme, esclavagisme et discrimination.

La « Japanese way » comme voie unique s’appuie sur  une forte résistance au changement à travers un isolationnisme revendiqué et une méfiance vis-à-vis de l’étranger, alors que Berlitz leader mondial de l’apprentissage des langues est possédé à 100% par Benesse Corporation depuis 1993.

C’est sans doute ce type de paradoxe qui pour un voyageur au long cours, pare le Japon d’une étrangeté à la fois attachante et irritante.

 

En complément pour les curieux deux albums photo plus détaillés :

Art Islands: https://goo.gl/photos/E3jeUCvBGCM2TPxw5

Pèlerinage mythique du Kumano Kodo: https://goo.gl/photos/xtFh5WTmtp7BnJkk7

 

De wa mata,

Stéphanie / Christophe

Tokyo

31 octobre 2016

Advertisements

Wasabi ? Non. Wabi-sabi

Sculpture à l’entrée du Shotengai d’Onomichi. Shotengai : galeries de magasins du centre-ville présentes dans la majorité des villes japonaises aujourd’hui remarquables par leurs produits « vintage » et qui connaissent un déclin certain.

Sculpture à l’entrée du Shotengai d’Onomichi.
Shotengai : galeries de magasins du centre-ville présentes dans la majorité des villes japonaises aujourd’hui remarquables par leurs produits « vintage » et qui connaissent un déclin certain.

Cette sculpture exprime très simplement les contradictions de la société Japonaise actuelle telles que nous les avons perçues dans cette ville du bord de la mer intérieure et dans les iles environnantes. La jeune fille porte un kimono mais sa coiffure légèrement ondulée n’est pas japonaise. Elle voyage seule, ce qui ne traduit pas le manque d’émancipation encore aujourd’hui de la femme japonaise, ni l’aversion au risque, ni le rejet de la différence. Posée au bord de la route, sans mise en valeur, cette sculpture mate, patinée, de couleur rouille s’inscrit dans un des concepts clés de l’esthétique japonaise : Wabi-Sabi.

Le Wabi-Sabi célèbre l’art de l’imperfection, de l’impermanence et de l’incomplétude. Trouvant sa justification dans une forme dévoyée du bouddhisme, le Wabi-Sabi accorde une valeur méditative aux objets les plus simples et vise à révéler, même dans ce qui à première vue parait laid et décrépit, l’esthétique du quotidien marqué par l’usure du temps et des éléments, affirmant l’intégrité des choses naturelles par opposition à la perfection manufacturée.

Les caractéristiques de cette esthétique incluent l’asymétrie, l’irrégularité, la simplicité, l’économie et l’austérité. Par le choix de matériaux bruts attestant l’altération par le temps, elle transmet des émotions de mélancolie, tristesse et solitude. Ce principe a été porté à la fascination de l’Occident dans l’essai de Junchiro Tanizaki : « Eloge de l’ombre ». Publié en 1933, la relecture récente nous a laissé comme un arrière-goût de cendres.

Le clair-obscur, le culte de la mélancolie, le rappel du temps qui passe ne sont pas l’apanage des artistes japonais. L’Europe peut s’enorgueillir du Caravage, de Verlaine et les natures mortes rappellent très bien dans l’instabilité des objets qu’elles exposent l’impermanence (carpe diem). Au XXème  siècle l’Arte Povera minimaliste a instauré un dialogue entre l’excès et le vide. Cette alternance est ici absente.

 

Onomichi – le long de la balade des temples

Onomichi – le long de la balade des temples

Depuis trois mois, nous avons exploré l’archipel des Ryükyü, l’île de Kyushu et maintenant  les trois quarts de la Seto Naikai (la mer intérieure), 20% de la superficie du Japon pour 20% de la population ; est-ce représentatif ?

Parcourant les villes et villages, à la recherche de l’esthétique japonaise, nous avons observé un goût exacerbé pour les choses vieillissantes et l’accumulation d’objets périmés, des maisons laissées à l’abandon, des éléments rouillés, des bois sombres, des pièces sans clarté. Au contraire d’un sentiment d’apaisement, s’expriment une grande désolation, la renonciation, la solitude, la pauvreté, le repli sur soi, la souffrance.

 

Sur le port de Miyaura – Omishima

Sur le port de Miyaura – Omishima

Dans ces lieux, il semble que le goût pour la nostalgie d’un temps révolu et ces vies enfouies résultent d’un consensus social. Déjà, aux 19ème  et 20ème siècles, une majeure partie des traditions (culte de l’empereur, règles de sumo, étiquette…) a été tardivement codifiée par les élites à fin de  forger l’identité nationale dans le cadre d’une société qui, à marche forcée, embrassait la révolution industrielle sous influence Occidentale. Aujourd’hui, la préservation de ces décors figés depuis 30 ans, permet de garantir l’équilibre d’une société profondément inégalitaire (hommes/femmes – Vieux/Jeunes – Nantis / Pauvres).

La culture du particularisme et de la différence japonaise conduit à un très fort nationalisme fédérateur (« We, Japanese… )  qui semble facilement dégénérer  en xénophobie. Les entreprises étrangères ne peuvent que difficilement exister sans passer sous les fourches caudines d’un partenaire solide. Peu d’objets sont directement importés, ils subissent une transformation souvent minime mais qui permet l’appropriation où sont simplement introuvables (riz basmati). [Exception notable : la gamme Apple que le Japon n’a pas réussi à cloner en temps et en heure].

 

Onomichi – Spleen de 7h30 à l’embarquement du ferry pour aller au collège, 8h-16h en moyenne….et les quasi-obligatoires cours du soir au-delà.

Onomichi – Spleen de 7h30 à l’embarquement du ferry pour aller au lycée, 8h-16h en moyenne….et les quasi-obligatoires cours du soir au-delà.

Apanage d’une société assise sur le culte des ancêtres, le concept de Wabi-sabi justifie une économie fondée sur le recyclage et le saccage de la nature telle qu’il a été pratiqué avec systématisme sur toutes les rives de la mer intérieure ; il en découle une austérité imposée comme mode de vie qui permet d’éliminer l’expression de toute créativité et prive l’individu de la recherche du plaisir autrement que par de complexes jeux de constructions mentales.

Le Wabi-sabi  préserve la notion de vague et d’ambigu dans les communications entre individus, enfermés dans le respect des codes et lois du groupe, et favorise le goût du mystère qui trouve son aboutissement dans le maintien du culte Shinto : un syncrétisme pour certains, l’expression profonde de la culture ancienne des Japonais pour d’autres, première religion animiste dans le monde de par le nombre de pratiquants bien loin devant le Congo.

 

Amer bassin que la mer intérieure, vide de poissons, vide de gens, vide de sens, légèrement désabusés nous plaçons de grands espoirs dans l’exploration à venir des mégalopoles, de ces  8% de territoire qui abritent 45% de la population, peut-être y découvrirons-nous le « vrai » Japon, celui de la mutation postindustrielle?

 

Onomichi – Walk on the wild side? No way.

Onomichi – Walk on the wild side? No way.

 

En complément pour les curieux deux albums photo plus détaillés :

https://goo.gl/photos/x95QmHV9nLD4byGH8

https://goo.gl/photos/WjhGN1jt7oAr79e67

Et (bonus !)  un mini film, balade en vélo sur le Shimanami Kaido, la plus belle piste cyclable du pays : https://youtu.be/7zgcppSq3fU

 

De wa mata,

Stéphanie / Christophe

Onomichi – Seto Naikai

20 septembre 2016, MALAKAS, 18ème système cyclonique de la saison s’atténue au-dessus de nos têtes…

Japan – Seto Naikai: Au son du Kanmon

Sennin-do shrine

Sennin-do shrine

 

Le petit sanctuaire shinto sur l’ile de Himeshima dans la mer Intérieure (Seto Naikai) symbolise l’idéal japonais que ceux qui ne sont jamais allés au Japon, imaginent se trouver harmonieusement réparti dans tout l’archipel et dont l’esthétisme et la sérénité imprègnent toute chose. Ce n’est pas tout à fait le cas…

 

2 Seto naikai

 

L’entrée dans la Seto Naikai par le Kanmon Kaikyo, une des trois passes qui permet au grand lac coincé entre les îles de Kyushu, Honshu et Shikoku, de respirer au rythme des marées (jusqu’à 4 mètres de marnage), nous a donné l’occasion d’apercevoir une face industrielle du Japon. Bénéficiant d’un emplacement favorable au pied des montagnes, au bord d’un axe de transport sécurisé jusqu’à Osaka, le littoral étroit de la préfecture de Yamaguchi a été sacrifié à l’implantation des chantiers, aciéries et usines lors de l’industrialisation forcée de l’ère Meiji. Après la défaite de 1945, dans un contexte de guerre froide déplacée de l’Europe vers l’Extrême-Orient et accru par la « menace » communiste en Chine, les Américains qui occupent le pays jusqu’en 1952 encouragent une reprise économique rapide. Pour le Japon, privé de dépenses militaires structurantes en raison du Pacifisme imposé, la guerre de Corée donne un coup de fouet grâce aux commandes de l’armée Américaine, les conglomérats d’avant-guerre sont bien vite reconstitués…

 

Ube

Ube

 

L’intervention de l’Etat par la création du MITI (Ministry of International Trade and Industry), la stabilité politique (ultra conservateurs dont relève de nouveau le parti de Abe San, premier ministre actuel), une population nombreuse (rapatriement des colons des territoires perdus en Chine et en Corée) éduquée et formée (reconversion des ingénieurs de l’industrie militaire) que les traditions portent à être docile et dévouée à son entreprise furent les clés du miracle japonais. La reconstruction est basée sur le développement de l’industrie lourde (sidérurgie, métallurgie, pétrochimie…) puis transformée en industrie spécialisée (automobile, électronique…) et enfin stratégique (l’informatique et le nucléaire qui sont déclarées priorités nationales après la crise pétrolière de 1973). Au plan national l’objectif de conquête commerciale mondiale par les produits japonais permet la reconversion pilotée d’une force belliqueuse ruinée et frustrée.

L’économie connait une progression fulgurante qui permet au Japon d’afficher le deuxième PIB mondial dès 1968 jusqu’en 2010 où il est dépassé par la Chine. L’apogée se situe à la fin des années 1980 et précède l’éclatement de la bulle spéculative boursière et immobilière de 1990.

Cette date signe le début d’une défaillance des indicateurs économiques : croissance faible, déflation persistante accompagnée d’un vieillissement inexorable de la population et d’une diminution de celle-ci à partir de 2005 (– 1 million depuis 2010) par refus de l’immigration.

 

Port de pêche d’O Shima. Toute la flotte est équipée pour la pêche à la seiche de nuit. Environ 10% des bateaux sortent encore.

Port de pêche d’O Shima. Toute la flotte est équipée pour la pêche à la seiche de nuit. Environ 10% des bateaux sortent encore.

 

Tous les ports qui ont été inscrits dans les multiples plans de relance de l’économie japonaise, présentent des structures surdimensionnées, bien entretenues mais vieillissantes et inadaptées. La proportion croissante de personnes âgées a un impact significatif sur la structure sociale (les femmes s’occupent des ancêtres) et sur les dépenses du gouvernement qui économise sur l’éducation, et le bien-être des jeunes pour redistribuer en soins de santé pour les plus les âgées et édifier des structures d’accueil. Au pays de l’inventeur du baladeur, du caméscope et de l’écran plat, on trouve encore des K7 dans les supermarchés comme si le virage digital avait volontairement été raté. Par désintérêt ? Par incompétence ? Par économie ?

Avec un peu de recul, peu d’inventions proviennent du Japon, de l’amélioration oui, massive, mais de nouveauté, que nenni.

Cette mise en retrait du monde, l’effacement progressif et désiré du pays (de 127 millions d’habitants aujourd’hui à 86 millions dans 40 ans)  présentent une déconnexion complète avec l’attitude de fermeté affichée face à une Chine qui exprime avec arrogance sa volonté expansionniste dans la zone.

Alors que Abe San -premier ministre- vient d’obtenir le quorum lui permettant de réviser la Constitution,  l’annonce par l’Empereur de son souhait d’abdiquer qui ne peut passer que par une révision Constitutionnelle, fournira l’occasion de réunir la Diète et peut-être enfin de parvenir à supprimer  l’article visant l’interdiction au Japon de posséder une armée…. Si la reconversion du matériel logistique civil en matériel militaire ou l’existence de compétences spatiales & nucléaires  ne laissent aucun doute, l’appétence au conflit d’une population dont 26% a plus de 65 ans (19% en France) semble plus hypothétique.

 

 

Où est le Tech ? le selfie, le selfie

Où est le Tech ? le selfie, le selfie

 

En complément pour les curieux deux albums photo plus détaillés :

Fukuoka:                                    https://goo.gl/photos/epqNLidvtzUpLfj98

Seto Naikai, indus et sereine:    https://goo.gl/photos/z4z7fW9FEfdRUMSQ7

 

De wa mata,

Stéphanie / Christophe

Hiroshima

15 août 2016